Archives pour la catégorie Publications

Mon après-guerre à Paris Chronique des années retrouvées

 

image001.jpg

Serge Moscovici
Texte établi, présenté et annoté par Alexandra Laignel-Lavastine
 
22,00 € – En librairie le 16 octobre 2019 – GRASSET
 
LE LIVRE :
« Dans le Paris d’après-1945, un étranger était considéré comme un être potentiellement suspect. J’avais choisi la France, mais la France, elle, ne m’avait pas choisi et s’occuper d’un réfugié de l’Est qui venait de recevoir six millions de morts en héritage n’était alors l’affaire de personne.
Il est dit : “À la sueur de ton front, tu gagneras ton pain“. J’ai travaillé jusqu’en 1950 dans la confection et la chaussure. Misérable condition. Aujourd’hui, les gens trouvent ces débuts presque amusants : la vie d’hôtel en garnis, les ateliers du Marais, le froid pire que la faim, la pauvreté, le prolétariat des cantines, le statut de « métèque » … Ils ne mesurent plus combien notre confiance dans le monde était ébranlée.
Un exil se terminait, un autre commençait. Mais l’exil est un art qui s’apprend. » S. M.
 
Après sa superbe Chronique des années égarées (1997), où il relatait son adolescence roumaine marquée par les persécutions et la Shoah, le grand psychosociologue Serge Moscovici, arrivé à Paris en 1948, à 22 ans, avec un franc en poche, nous offre ici la suite française de ses Mémoires, reconstituée de façon posthume par Alexandra Laignel-Lavastine à partir d’une masse de fragments manuscrits. 
Au Quartier latin, « Mosco » et ses compagnons d’exil – dont Paul Celan, Isac Chiva, André Schwarz-Bart ou Lucien Goldman – forment alors une petite troupe de sans-patrie issue de toute l’Europe, cimentés par la rage de vivre et l’obligation de prendre leur revanche sur l’histoire. Au fil de souvenirs très vivants et souvent drôles, ce livre constitue une plongée inédite dans l’univers fascinant de ces jeunes intellectuels juifs à leurs débuts. À travers mille anecdotes et portraits, l’auteur restitue leurs tribulations et leurs angoisses, dominées par la nécessité de « ne pas céder au vertige des existences ratées » ; il revient sur leurs démêlés avec les clercs français fascinés par le stalinisme, mais aussi sur leur irrépressible besoin de conquêtes féminines, eux qui menaient une triple vie, entre un gagne-pain éreintant, des études plus qu’incertaines et une existence nocturne particulièrement riche. À quel prix a pu éclore — au contact de Daniel Lagache, Alexandre Koyré, Lacan ou Lévi-Strauss — une des plus éblouissantes générations de la seconde moitié du XXème siècle, c’est justement ce que l’on comprend en lisant ces pages. 
Un livre rare et merveilleux.
 
LES AUTEURS :
Serge Moscovici (1925-2014), dont l’œuvre de psychosociologue, d’anthropologue et d’historien des sciences fait autorité, fut aussi un des pionniers de l’écologie politique en France. Directeur de recherches au CNRS puis à l’EHESS, professeur invité dans les plus prestigieuses universités américaines, il est notamment l’auteur de La société contre-nature (1972), la Psychologie des minorités actives (1979) et L’Age des foules (1981).
 
Alexandra Laignel-Lavastine, qui a bien connu Serge Moscovici, est docteur en philosophie et historienne, spécialiste de la Roumanie et de l’histoire des intellectuels d’Europe de l’Est au XXe siècle. Elle est l’auteur d’une dizaine de livres universitaires et d‘essais.      
 
Postface par Pierre et Denis Moscovici.
 
ATTACHÉE DE PRESSE :
Attachée de presse Paris, province, Suisse, Belgique : Myriam Salama : msalama@grasset.fr / 01.44.39.22.16 – Assistante : Anne Vuksanovic : avuksanovic@grasset.fr / 01.44.39.22.10
Dates à retenir :
• Soirée-débat à la Maison de l’Amérique latine le 26 novembre 2019 (animée par Jean LEBRUN).
• Soirée-débat au Mémorial de la Shoah le 23 janvier 2020.